COME AND PLAY INSIDE

Invité à se glisser dans la programmation de la galerie Perception Park pour un temps donné, le collectif ABOUT : BLANK convie à son tour des artistes à entrer avec leur œuvre dans l’espace d’exposition.

Come and play inside se propose de jouer d’une situation d’entre-deux, en questionnant l’œuvre au sens traditionnel pour en souligner les zones d’ombre. Les artistes jouent avec le concept même d’œuvre et d’exposition ; en ouvrant des brèches et en occupant les interstices, ils mettent en avant ce que l’on ne voit pas au premier abord, mais qui sert à la fluidité de la pensée et de la vision. L’objet du jeu des artistes est le regard du spectateur, qui se trouve court-circuité, modifié, annulé ou même augmenté.

Timothée Dufresne cherche à se fondre dans ses tableaux pour mettre les formes en mouvement. Au cours de ses performances filmées, il adopte différentes postures, agençant les formes et les couleurs pour raconter leur vie dans le tableau, et tente de s’y inclure, conscient de sa propre inadéquation. L’entre-deux est montré ici dans un aspect physique et ludique, la présence du corps faisant référence à l’interstice de manière visuelle et symbolique.

Il est aussi question de se glisser à l’intérieur de l’œuvre dans Poussière, Poème Déployé, pièce sonore dans laquelle Raphaël Tiberghien creuse le texte, quitte à forcer le passage dans les mots. A l’image de la poussière dont il est ici question, l’artiste se glisse avec une douce rudesse dans la structure du langage pour en tester les résistances et les potentialités plus que pour l’annuler.

Les compositions de Mara Fortunatovié prennent appui sur le mur, la blancheur et la lumière. Sous des airs inoffensifs, les jeux de transparence et les nuances du papier peuvent être rapprochés de la manière dont Lina Ben Rejeb creuse dans la toile à « la recherche d’une peinture à minima ». Il s’agirait ici d’un geste similaire mais inversé. Lina Ben Rejeb explore l’intérieur de la matière picturale en décollant une à une les couches picturales pour les assembler en une nouvelle œuvre. Les pièces de Mara Fortunatovié quant à elles occupent un volume ténu, frôlant l’inframince, mais saturé de nuances, reflets et irisations qui dilatent l’espace perceptif et accentuent les angles de vue.

galerie

La Poussière, Poème Déployé, 2013 – Raphaël Tiberghien Prélude en carton, 2013 – Lina Ben Rejeb

Audrey Martin adopte une même discrétion en jouant avec une reproduction tirée d’un catalogue d’exposition. La photographie qu’elle en fait aplanit la sculpture d’origine, tandis que son interprétation donne une densité supplémentaire mais impalpable à l’œuvre. L’interstice ouvert ici est avant tout de l’ordre de la mémoire et conduit à « manipuler les dispositifs du regard, avec l’idée que chaque image génère sa propre lecture. Le spectateur n’est pas en face de l’œuvre qu’il croit voir. »
Alessandro di Pietro pose lui aussi la question de l’appropriation, de la reproduction et de la mémoire. Son livre donne à voir son parcours dans l’immense dOCUMENTA 13 et n’en conserve que cette trace. A l’image de la mémoire parfois déformante, les œuvres sont photographiées avec un scanner à main qui provoque des distorsions et des déformations.

Claire Porcher, Marie Savona et Agnès Werly

DU 24 AVRIL – 10 MAI 2014

ARTISTES :

LINA BEN REJEB / ALESSANDRO DI PIETRO / TIMOTHÉE DUFRESNE / MARA FORTUNATOVI! / AUDREY MARTIN / RAPHAËL TIBERGHIEN

 

Image principale : 

Sans Titre, 2009. (Hommage à Marc Couturier) – Audrey Martin Courtesy de l’artiste et de la galerie Leonardo Agosti, Sète

 

INFORMATIONS :
PERCEPTION PARK est un espace d’exposition dédié à la création contemporaine, situé au cœur du Quartier Latin dans les murs d’une ancienne librairie.

Perception Park regroupe et fédère de jeunes artistes internationaux, tous médiums confondus, choisis pour la pertinence de leur démarche et la confluence de leurs langages, tentant ainsi de définir les contours d’une esthétique et d’une pratique résolument contemporaines.

Pensée comme une plateforme de recherche, Perception Park a pour volonté de favoriser les mouvements d’idées, de multiplier les points de vue et d’observer les glissements de frontières qui s’opèrent entre les disciplines artistiques.

La galerie alterne les expositions personnelles et les périodes d’expositions libres et collectives, dans l’objectif d’accompagner l’expression singulière, spontanée et mouvante propre à la création émergente.

 

ABOUT : BLANK  est un collectif de commissaires d’exposition créé en 2012 et établi à Paris.
Littéralement « à propos : (du) vide », ses membres s’intéressent aux amorces, aux espaces liminaires, à la recherche en cours. Le temps de l’exposition n’est pas un achèvement mais une pause qui au lieu de dé-finir, ouvre aux différentes possibilités et multiplie les parcours. Plutôt qu’un geste ou qu’un récit à l’initiative du commissaire, l’exposition donne la parole, avant tout, aux œuvres.

 

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *